Toujours prêt à accueillir les patientes en toute sécurité

Forte de ses compétences et de la confiance que lui accordent ses patientes, la Maternité de l’HFR a parfaitement adapté ses prestations durant cette période mouvementée du covid-19. Des flux séparés, sécurisés et contrôlés ont permis d’accueillir des patientes covid et non-covid. Depuis le 27 avril, la Maternité continue avec les contrôles ambulatoires et la gynécologie a repris les consultations, conformément à l’ordonnance du Conseil fédéral permettant la reprise progressive de l’activité hospitalière. Les patientes sont accueillies en toute sécurité, en nombre restreint et dans des espaces agrandis en toute conformité avec les normes sanitaires requises. Le point avec le Prof. Anis Feki, médecin-chef du service de gynécologie obstétrique.

Image
Prof. Anis Feki

Professeur Anis Feki, médecin-chef de Service de gynécologie et obstétrique.

Prof. Feki, comment la Maternité a-t-elle vécu ces dernières semaines?
Nous nous sommes renseignés auprès de collègues à Genève, Lausanne, au Tessin, en Italie et en Espagne, afin de prendre toutes les précautions nécessaires face aux conséquences du covid sur les grossesses et les naissances. Nous avons sécurisé des filières covid et non-covid et mis en place des tests de dépistage pour les patientes et leur accompagnant ainsi que pour le personnel soignant. Nous avons bien vécu cette période. Le personnel a fourni un excellent travail. J’apprécie aussi le fait que ces semaines chargées ont cimenté notre équipe.

Le pire a été évité pour l’heure dans cette crise covid. Il n’y a donc pas eu de déménagement de la Maternité au Daler, alors qu’il en avait été question à un moment.
Si l’HFR avait eu besoin de lits supplémentaires, la Maternité aurait libéré de la place. Mais, fort heureusement, le pic pessimiste n’a pas été atteint. En tout temps, les accouchements ont eu lieu en toute sécurité et en toute sérénité dans les murs de l’HFR. Nous avons pu prendre en charge toutes nos patientes.

Comment se situe le nombre de naissances durant cette crise en regard de la même période de l’an dernier?
Le nombre est stable, nous avons recensé environ 110 naissances. En revanche, les consultations gynécologiques non urgentes ambulatoires ont été suspendues jusqu’au 27 avril 2020, conformément à l’ordonnance fédérale.

Etes-vous satisfait de cette stabilité?
Oui, évidemment. On apprécie que les Fribourgeois aient continué à faire confiance à notre institution dans tous les domaines. Notre équipe a su se montrer rassurante et user de proximité. De leur côté, les patientes ont fait preuve de compréhension devant le report de leur consultation. Par contre, les consultations de suivis de grossesses, les urgences gynécologiques ainsi que le suivi des patientes atteintes de cancers n’ont pas été impactés.

Avez-vous décelé des cas de covid parmi les femmes qui ont accouché?
Oui, nous avons eu trois femmes enceintes symptomatiques covid positives qui ont déjà accouché. Ces patientes ont présenté des infections légères et se sont bien rétablies. De plus, nous avons eu une quatrième femme enceinte de 4 mois ayant fait une infection sévère qui, heureusement, va mieux. Elle sera suivie étroitement. Il faut savoir que le virus n’attaque pas seulement les poumons, mais également les cellules dans les vaisseaux. Après renseignements, nous avons défini plusieurs scénarii. Aux mamans, nous recommandons de bien se laver les mains, le sein lors de l’allaitement, conformément aux mesures de protection lors des contacts avec leur enfant.

Le virus est-t-il transmissible de la mère à l’enfant?
De nombreuses connaissances se sont accumulées en peu de temps sur le covid-19 et nous rassurent sur les capacités du placenta à barrer le passage vers le fœtus. La collecte des données concernant les femmes enceintes se poursuit. Il est trop tôt pour conclure. A notre connaissance, aucun bébé au monde n’est né avec le covid. Trois bébés avaient même développé des anticorps. On ne sait pas s’ils les avaient produits ou s’ils provenaient des anticorps de la mère. En outre, sachez qu’il n’y a eu aucun cas de transmission de la maladie ni de malformation. Ce qui est rassurant. Le risque évident pour le fœtus dans l’état actuel de nos connaissances reste celui d’un accouchement avant le terme.

La prise en charge de personnes atteintes par le covid est donc assurée. Existe-t-il un risque pour les autres patientes enceintes?
Non. Les flux sont séparés. Nous ne réalisons pas, pour l’instant, de dépistage pour toutes les patientes admises en maternité. Nous demandons à notre personnel d’être vigilant, de faire un dépistage sur la base d’un questionnaire et de faire un prélèvement nasal à toute patiente présentant des symptômes et enceinte.

Les femmes enceintes doivent-elles prendre davantage de précautions que les autres personnes?
Nous recommandons les mêmes précautions: se laver les mains, le port du masque et le respect de la distance de sécurité sanitaire. En revanche, s’agissant des grossesses avec diabète ou hypertension, nous prendrons davantage de mesures: telle la limitation des sorties. Une femme enceinte est décédée dans le monde à cause du covid, aucune en Suisse. Et, dans tous ces cas, les nouveau-nés sont indemnes.

Les femmes enceintes manifestent-elles une forme plus prononcée de la maladie?
Les femmes enceintes présentent autant de risques de complications que les femmes non enceintes. Une étude faite dans une maternité de New York indique que 13 % de femmes enceintes asymptomatiques se présentant pour accoucher sont positifs pour le covid-19.

Revenons à la Maternité HFR. Comment avez-vous géré la présence des papas?
Nous n’avons jamais interdit les visites paternelles, mais celles des enfants oui. Les visites ont été interdites aux pères présentant des symptômes suspects de covid ainsi qu’aux pères en quatorzaine après un contact direct avec un patient covid positif. Nous avons raccourci l’hospitalisation de la mère et du nouveau-né. Tout a été mis en place pour protéger les couples, afin de leur permettre de vivre dans les meilleures conditions ce moment merveilleux qu’est la naissance.

La reprise progressive de l’activité hospitalière a débuté fin avril. Or le Covid va perdurer. Quelles mesures supplémentaires de sécurité avez-vous prises?
Nous suivons toutes les mesures sanitaires de l’institution. Afin de limiter les contacts, nous mettons davantage d’espace à disposition, notamment dans les salles d’attente. Parallèlement, nous espaçons les consultations pour limiter les flux. Le port du masque reste recommandé à tout notre personnel et aux patientes.

Mots clés