Au poil!

Cinq millions de poils, et moi, et moi, et moi...

  • 5 millions de poils, et moi, et moi, et moi...
    Le capital pileux moyen d’un être humain est de 5 millions de follicules. Avec une égalité parfaite entre les femmes et les hommes adultes. En revanche, les poils des hommes sont plus épais pour des raisons génétiques et hormonales, notamment la testostérone.
  • Les cheveux, des poils de tête?
    Les poils et les cheveux ne se distinguent que par leur localisation. Leur distribution varie selon l’âge, le sexe, les ethnies et les individus, mais leur structure reste identique. Ils sont constitués d’un bulbe, sorte de racine, et d’une tige de kératine.
  • C'est quoi ces pustules blanches?
    Les follicules pileux peuvent s’enflammer. Apparaissent alors des boutons rouges ou blancs – petits abcès – à la surface de la peau. Cette affection, nommée folliculite, est la plus courante des maladies liées aux poils. La plupart du temps, ces folliculites sont provoquées par des germes de la peau dont nous sommes tous porteurs, notamment les staphylocoques.
  • Gare aux frottements!
    Une folliculite peut aussi se développer dans des zones propices à l’humidité et au frottement. Un jeans trop serré ou un tissu qui ne laisse pas la peau respirer peuvent provoquer des inflammations au niveau des fesses surtout. Les équipements sportifs sont aussi incriminés. En été, le lin ou le coton léger permettent d’éviter ces soucis.
  • Vous avez dit tricot... logie?
    Rien à voir avec le tricot! Etymologiquement, la trichologie – du grec tricho qui signifie cheveux – définit la branche de la science qui s’occupe de l’étude des cheveux et du cuir chevelu. Avec une pathologie principale : la calvitie, aussi nommée alopécie, qui désigne une perte de cheveux ou de poils sur une partie du corps.
  • Alopécie androgénétique
    La perte de cheveux liée à l’alopécie androgénétique est provoquée par une hypersensibilité du système pileux à l’hormone masculine chez des patients et patientes avec des dispositions génétiques. Elle atteint autant les hommes que les femmes. Pour l’un comme pour l’autre, ce n’est pas la quantité d’hormones, mais bien l’hypersensibilité à celles-ci qui est la cause de l’alopécie.
  • Produits miracle... Gare à la perte financière
    Parmi les idées reçues et les pièges à éviter, le Dr Basile Page, médecin adjoint du Service de dermatologie de l’HFR, mentionne les fausses promesses et les publicités mensongères. « Aucun shampoing ou pilule miracle ne va faire repousser les cheveux. Les crédules vont surtout perdre de l’argent. Des traitements médicaux, testés scientifiquement, existent toutefois, mais il est nécessaire de les mettre en place avec un dermatologue ayant des connaissances en trichologie. »
  • La grossesse fait-elle perdre les cheveux?
    L’augmentation du taux d’oestrogène liée à la grossesse protège la femme enceinte de beaucoup d’attaques extérieures et favorise la croissance capillaire. Mais, après l’accouchement, ce taux s’effondre, ce qui va mener à une perte simultanée d’un nombre important de cheveu. « Ce phénomène, qu’on appelle effluvium télogène diffus, explique Basile Page, se constate également en cas de stress important, comme lors d’un deuil, d’une maladie ou même d’une opération. »
Mots clés